Sainte Anne

Sainte Anne est la mère de Marie, mère du Christ. C'est donc la grand-mère de Jésus. Elle est l'épouse de saint Joachim. Anne et Joachim n'apparaissent pas dans les Evangiles ni dans aucun texte du Nouveau Testament.

Pourtant, le culte de sainte Anne et saint Joachim est très ancien et date des premiers siècles du christianisme.

 

Sur quoi est donc fondée le culte de sainte Anne et saint Joachim?

  • Sur l'idée que Jésus a forcément eu des grands-parents, même si la Bible n'en parle pas, et que ces deux personnes devaient être particulièrement estimables pour avoir donné le jour à celle qui allait enfanter le Messie.


  • Sur des textes très anciens, non canoniques, c'est à dire ne faisant pas partie du Nouveau Testament, et qu'on appelle « apocryphes ». Ces textes vont tenter de combler les lacunes des Evangiles concernant les grands-parents du Christ. Ils leur donnerons les noms d'Anne et de Joachim.

 

Apocryphe signifie « tenu secret ». Mais avec le temps, le sens de cet adjectif a changé pour signifier : « non authentique », « non fiable ». Pourtant, ces textes ont inspiré de nombreux artistes au long des siècles. Les faits racontés dans ces textes sont souvent remplis de merveilleux : miracles, anges, etc.


 

Le Protévangile de Jacques


Extrait du texte...

C'est le principal texte qui parle d'Anne et de Joachim. C'est un texte anonyme qui date d'environ 150 après J.C. Il raconte l'enfance du Christ en partant de ses grands-parents. On y trouve aussi le récit de l'enfance de la Vierge Marie.

 

Histoire d'Anne et de Joachim

Anne et Joachim sont de riches israélites habitant Jérusalem, dont le malheur est de ne pas avoir d'enfant. Or, les voici déjà âgés. La stérilité est considérée à cette époque comme une malédiction. Le sacrifice de Joachim au temple est donc rejeté par les prêtres. Humilié, Joachim décide de se retirer au désert pendant quarante jours pour jeûner et prier. Anne, ne le voyant pas revenir le croit mort. A la douleur de sa stérilité s'ajoute celle du veuvage. Un jour qu'elle se lamente sur son sort, un ange lui apparaît et lui annonce qu'elle enfantera bientôt. Aussitôt après, deux messagers viennent lui annoncer que Joachim est vivant, qu'il a, lui aussi, reçu la visite d'un ange, et qu'il est en route pour Jérusalem. Les deux époux se retrouvent à la porte d'or de la Cité et s'embrassent. Joachim se rend au Temple pour offrir un sacrifice d'action de grâce à Dieu qui l'a exaucé. Anne et Joachim décident que Marie sera consacrée à Dieu et ira vivre dans son Temple.

Quelque temps après Marie vient au monde. Lorsqu'elle elle a trois ans, Anne et Joachim la conduise au Temple où elle entre escortée des jeunes filles de son âge. Elle y grandira, nourrie par les anges jusqu'au temps de son mariage avec Joseph.

 

L'histoire d'Anne et Joachim ressemble à celle d'Abraham et de Sarah, le couple de patriarche à l'origine du peuple hébreux : comme eux les parents de la Vierge sont sans enfant et avancés en âge. Mais comme eux, ils gardent confiance en Dieu pour qui rien n'est impossible.

 

 

Sainte Anne dans l'art


 

Les fresques de Giotto

Giotto a peint à la fin du XIVe siècle dans une chapelle de Padoue en Italie des fresques qui représentent des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testaments. On y trouve aussi l'histoire d'Anne et de Joachim.

joachi1  joachi2

joachi3  joachi4

joachi5  joachi6

Giotto s'attache à représenter la psychologie des personnages (par exemple, la tristesse de Joachim rejeté du Temple). Le paysage est réduit à un simple décor souvent disproportionné par rapport aux personnages. Le point de vue est toujours le même ainsi que le cadrage. Les personnages sont toujours représentés "en pied", c'est à dire en entier. Le dispositif évoque la scène de théâtre.

 

L'Education de la Vierge

Les artistes ont souvent représenté des scènes que l'on ne trouve dans aucun écrit. C'est le cas de l'Education de la Vierge. On y voit Anne, le doigt pointé sur le livre des Saintes Ecritures, enseignant à Marie la lecture.

anne XVIIe  LAGRENEE

Sainte Anne, XVIIe s.                       L. J. F. Lagrenee, XIXe s.


Delacroix, L'éducation de la Vierge  La Tour Georges de (1593-1652) (d'après)

E. Delacroix, XIXe s.                                                 G. de La Tour, XVIIe s.

 

Parfois, C'est sainte Anne elle-même qui semble apprendre à l'Enfant Jésus à lire comme dans cette sculpture de Elsloo en Hollande.

Ste anne trinitaire, Elsloo 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Sculpture attribuée au Maître d'Elsloo, fin du XVe s.

 

 

Sainte Anne Trinitaire

Une autre catégorie d'images et de sculptures représente sainte Anne portant la Vierge qui porte l'Enfant Jésus. On appelle ce type de représentation une « Sainte Anne trinitaire ».

Sainte anne trinitaire, ste anne d'auray  Memling, Sainte anne Trinitaire

Statue de Ste-Anne d'Auray, XVIIe s.                  H. Memling, XVe s.

 

 

Sens du culte de sainte Anne


 

Sainte Anne, modèle des mères et des éducatrices

Le culte de sainte Anne a connu un grand succès à des époques où l'on a voulu mettre en valeur la question de l'éducation des jeunes filles. C'est le cas à la fin du moyen âge par exemple où les confréries de mères de familles prennent sainte Anne pour patronne et modèle : n'a-t-elle pas, en effet, réussit parfaitement l'éducation de la sainte Vierge?

Au XVIIIe siècle, des congrégations enseignantes la prennent aussi pour patronne comme les Soeurs de la Divine Providence de Saint Jean de Bassel, congrégation fondée par le Bienheureux Jean-Martin Moyë et Marguerite Lecomte et qui est à l'origine de notre établissement.

 

Sainte Anne, lien entre l'Ancien et le Nouveau Testament

Le culte de sainte Anne nous permet aussi de nous souvenir que Jésus, même si nous croyons qu'il est Dieu, fut un homme véritable, c'est à dire issu d'un peuple, d'une culture et d'une histoire particulière. Sainte Anne fait le lien entre l'Ancien et le Nouveau Testament.


Ste anne et Notre Dame allant au temple, J. Stella, XIIe

 

 

Sur certaines images, Sainte Anne est immense par rapport à la toute petite Vierge Marie, peut-être pour symboliser l'Ancien Testament, livre énorme, sans lequel il n'y aurait pas eu de Nouveau Testament qui est beaucoup plus bref.